Une érection n’est pas un consentement

érection et pas de sexe

En cette époque de sensibilité à l’égard des relations sexuelles consenties ou non, où en est notre préoccupation concernant le consentement que les femmes doivent obtenir des hommes ?

Est-ce que bander veut dire envie de sexe ?

Lorsqu’il avait dix-sept ans, un de mes ami a été violé par une femme de plus de 30 ans. Elle s’est approchée de son lit alors qu’il se réveillait, a enlevé ses vêtements et a attrapé son sexe sous les draps. Il a bandé, elle l’a chevauché, et il n’a jamais oublié le traumatisme et la confusion qu’il a ressentis après avoir éjaculé en elle, car en plus elle lui avait, selon moi, imposé ce rapport sexuel.

Les viols d’hommes par des femmes sont beaucoup plus fréquents qu’on ne le pensait auparavant. De nouvelles recherches montrent que les hommes sont aussi susceptibles que les femmes d’avoir des relations sexuelles non consenties et que les auteurs de la plupart des viols d’hommes sont des femmes. Ces résultats peu connus existent malgré la probabilité que les hommes ne signalent pas assez les rapports sexuels non consensuels imposés par des femmes parce qu’ils craignent la honte d’être considérés comme des ratés de la masculinité.

Si l’on tient compte de toutes les formes d’abus sexuels, un homme adulte sur six déclare avoir été violé ou contraint à un acte sexuel.

Lorsque les femmes violent les hommes, elles ont tendance à provoquer des érections et à tenter d’imposer la pénétration de leur corps à leurs victimes involontaires. Dans ces conditions, les érections sont possibles.

> Lire aussi : la thérapie Reiki et l’impuissance

Que signifie mon érection ?

Les hommes ont des érections lorsqu’ils ont peur, qu’ils sont stressés ou qu’ils souffrent, comme lors de la circoncision. Ces expériences ne constituent pas une excitation sexuelle. Pour citer un exemple particulièrement horrible, on sait que des hommes ont des érections et même éjaculent lorsqu’ils sont exécutés par pendaison.

Les expériences de stress et de peur libèrent certaines des mêmes substances chimiques que l’excitation sexuelle. Parmi ces substances, on trouve la norépinéphrine, qui est un neurotransmetteur primaire pour les organes reproducteurs et un précurseur de la dopamine.

Cette substance chimique est un appel à l’action. En plus de nous préparer à la lutte ou à la fuite, elle agit sur les artères et les veines et peut piéger l’apport sanguin nécessaire pour provoquer et maintenir avec succès une érection.

Ce n’est pas parce qu’une érection se produit qu’un garçon ou un homme est prêt ou désireux d’avoir des rapports sexuels. Notre culture fait du viol d’hommes par des femmes un abus dénué de droits. La charge émotionnelle de cette expérience devient écrasante lorsque nous ignorons les appels à l’aide et que nous attendons des hommes qu’ils soient reconnaissants pour toute forme de contact avec une femme.

Sanctions sociales = abus sexuel

Parmi les mythes néfastes qui abondent sur la sexualité masculine, une idée particulièrement pernicieuse veut que les hommes soient toujours prêts à avoir des relations sexuelles et qu’ils soient « chanceux » si une femme leur en donne l’occasion. Ce mythe perpétue l’idée que les hommes n’ont pas besoin de liens affectifs et que n’importe quel sexe est bon pour eux. Nous tolérons cette pensée alors que nous abhorrons tout ce qui est similaire en ce qui concerne le viol ou la coercition des femmes.

En 2015 encore, le premier centre pour hommes violés au monde a été ouvert en Suède. Nous savons peu de choses sur le traitement psychologique des hommes qui ont été violés par des femmes, en grande partie parce que nous avons négligé d’étudier ce phénomène de privation de droits. Cependant, nous avons commencé à apprendre que la coercition sexuelle est traumatisante quel que soit le sexe.

Pour ceux qui ont travaillé cliniquement avec des hommes victimes d’agresseurs féminins, nous constatons que la première bataille à mener est celle des stéréotypes sociaux qui engendrent la honte et le dégoût de soi chez les garçons et les hommes qui ont besoin d’une guérison émotionnelle. Avant de s’attaquer aux effets traumatiques des rapports sexuels forcés, les hommes victimes doivent faire face au manque de soutien social dont ils ont tant besoin. Ils se retrouvent souvent re-victimisés par des blagues et des insultes alors qu’ils cherchent désespérément la compassion.

Les jeunes hommes qui vivent sur les campus universitaires et ceux qui ont consommé de l’alcool ou d’autres drogues sont parfois contraints d’avoir des rapports sexuels. L’attente sociale selon laquelle les jeunes hommes devraient être reconnaissants envers les femmes qui les ont contraints contribue à leur incapacité à trouver un traitement pour leurs blessures émotionnelles. Ces hommes se sentent déjà coupables et isolés, et ont besoin d’être acceptés et compris pour aller de l’avant.

L’une des réactions les plus courantes au viol, quel que soit le sexe, est l’apparition du syndrome de stress post-traumatique. Sans traitement, le SSPT peut se poursuivre tout au long de la vie et perturber le sommeil, la concentration et une sexualité saine. Le traumatisme engendre également une hyper vigilance, des flashbacks, des pensées intrusives et des difficultés d’intimité.

Conclusion

Nous avons tous besoin de respect lorsque nous nous partageons sexuellement. La coercition est néfaste, quel que soit le sexe de l’auteur ou de la victime. N’importe qui peut développer de graves problèmes, comme le SSPT, suite à une activité sexuelle non désirée. Non doit signifier non, qu’il s’agisse de cibles féminines ou masculines.

Notre incapacité à aborder le problème des hommes victimes de viols par des femmes reflète notre vision limitée et stéréotypée de la sexualité masculine.

Le message final important ici est qu’une érection ne signifie pas le consentement. Nous donnons notre consentement avec nos mots, pas avec les parties de notre corps. En clair quand vous êtes en face d’un qui bande, ça ne veut pas forcément dire qu’il a envie de baiser !!

Nos corps font beaucoup de choses sans notre permission – les érections et même les éjaculations peuvent se produire sans le consentement du propriétaire du pénis. Nous devons devenir plus conscients des besoins émotionnels des garçons et des hommes dans notre vision, et respecter leurs limites comme nous avons commencé à le faire pour les femmes.

Source de l’article medium.com
Traduit, bidouillé et arrangé par Joe et Deepl

Une érection comme une banane dans la bouche de ton amie

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.