Que se passera-t-il pour les Républicains si Trump meurt demain ?

cimetière

USA : quel avenir pour les Républicains ?

Pfizer et BioNTech ont annoncé aujourd’hui que leur candidat vaccin semble être efficace à 90 % pour prévenir la COVID-19 chez les volontaires de leur étude. C’est une nouvelle très encourageante, mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir entre cette annonce et un vaccin réellement efficace et disponible.

De quel candidat vaccin s’agit-il ?

Le vaccin de Pfizer est l’un des quatre vaccins actuellement en cours d’essai aux États-Unis. Deux des candidats vaccins, dont celui de Pfizer, utilisent l’ARNm au lieu de protéines ou de virus entiers. Il s’agit d’un nouveau type de vaccin, qui n’a jamais été approuvé auparavant. Moderna teste également ce type de vaccin

Il doit également être stocké à très basse température, moins 80 degrés Celcius plutôt que dans des réfrigérateurs ou des congélateurs standard. Cela pose un problème logistique, mais il peut être résolu par des innovations comme l’expédition du vaccin dans des glacières spéciales. Les compagnies aériennes et les répartiteurs pharmaceutiques ont déjà de longues expériences dans ce type de transport.

Le vaccin nécessite deux doses, administrées à trois semaines d’intervalle.

Ce que nous savons jusqu’à présent

Les résultats actuels proviennent d’un essai de phase 3, la dernière étape des tests avant qu’un vaccin puisse éventuellement être approuvé ou recevoir une autorisation d’utilisation d’urgence. L’essai n’est pas encore terminé ; il s’agit d’une analyse intermédiaire.

Les résultats n’ont pas été examinés par des pairs, et même les scientifiques de Pfizer n’ont pas accès à l’ensemble des données. (Un comité d’examen indépendant leur a communiqué les résultats partiels ; le maintien de cette séparation est une garantie pour éviter que la société ne modifie ses actions ou ses interprétations en cours d’essai).

Dans son annonce, et en parlant avec les journalistes, Pfizer nous a dit

• 94 personnes dans le procès ont eu des cas de COVID-19, la plupart dans le bras de contrôle
• Le vaccin semble être efficace à 90%.
• Le procès se poursuivra jusqu’à ce que 164 affaires au total aient été comptabilisées
• Ils pourraient disposer de suffisamment de données pour demander une autorisation d’utilisation d’urgence plus tard en novembre.

Selon des études antérieures, les effets secondaires du vaccin semblent inclure de la fièvre, des frissons et des douleurs corporelles. STAT rapporte que les effets secondaires sont probablement similaires à ceux d’autres vaccins pour adultes, mais peut-être un peu plus graves que ceux d’un vaccin contre la grippe.

Ce que nous ne savons pas encore

Nous ne savons pas si l’efficacité sera encore de 90 % à la fin de l’essai. Si c’est le cas, ou s’il s’en rapproche, c’est un énorme succès. Les autorités de réglementation espéraient un taux d’efficacité supérieur à 50 %. Mais partir d’un taux d’efficacité de 90% est de très bon augure pour ce vaccin.

Nous ne savons pas dans quelle mesure le vaccin permet de prévenir les cas graves de COVID-19, mais il semble être efficace pour prévenir les cas en général. (Il est probable qu’un vaccin qui prévient les cas va prévenir les cas graves ou les rendre moins graves, comme pour le vaccin contre la grippe, mais nous ne le saurons pas tant que nous n’aurons pas les données).

Nous ne savons pas non plus si le vaccin prévient les infections, par opposition aux cas. Si vous attrapez le coronavirus, vous avez une infection et vous pouvez probablement transmettre la maladie même si vous n’avez jamais de symptômes. Un vaccin qui prévient les infections peut arrêter la propagation du virus ; un vaccin qui ne fait qu’empêcher les infections de se transformer en maladie peut ne pas faire grand-chose pour ralentir la propagation, et peut seulement en limiter les effets.

Nous n’avons pas encore beaucoup d’informations sur les effets secondaires, y compris les effets potentiellement graves.

Nous ne savons pas combien de temps la protection durera. Quelques mois ? Quelques années ? Il est impossible de répondre à cette question avec seulement quelques mois de données.

Les populations étudiées n’étaient pas représentatives de l’ensemble des États-Unis, bien qu’elles aient déclaré que 42 % de l’ensemble des participants avaient des « origines diverses ».

Nous ne savons pas dans quelle mesure le vaccin fonctionnera chez les enfants ; aucun enfant de moins de 12 ans n’a participé aux essais.

Le protocole de l’étude, décrit dans ce document de Pfizer, excluait également toute personne souffrant d’un problème de santé grave, ayant déjà contracté le COVID-19, ou étant enceinte ou allaitant. Cela fait beaucoup de personnes à haut risque qui n’ont pas participé à l’étude, mais qui auront quand même besoin d’une protection contre le coronavirus. Les femmes enceintes sont plus susceptibles que leurs homologues non enceintes de subir une COVID-19 grave.

Et maintenant ?

Pfizer dit qu’ils prévoient de demander à la FDA une autorisation d’utilisation d’urgence plus tard ce mois-ci, une fois qu’ils auront satisfait à l’exigence selon laquelle au moins la moitié des participants doivent être suivis pendant au moins deux mois après avoir reçu leur dernière dose.

Article original paru dans Medium.com

Traduction Joe avec l’aide Deepl

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.