Le guide complet du sexe anal pour les débutantes

sexe anal

Tout ce que vous devez savoir pour une bonne pratique du sexe anal

Pour certaines, les mots « sexe anal » suscitent des sentiments d’euphorie et d’excitation. Pour d’autres, cela leur fait immédiatement serrer les fesses en signe de panique. Que vous soyez du genre « La sodo c’est le top », ou de la catégorie « Jamais dans mon cul » ou quelque part entre les deux, il y a certaines choses que vous devriez savoir sur cet acte sexuel.

Tout d’abord, l’anus n’étant pas autolubrifié comme le vagin, il demande beaucoup plus d’entretien et de préparation que les autres actes sexuels. Cela signifie qu’il faut du lubrifiant, et beaucoup de lubrifiant, ainsi que beaucoup de préliminaires et de préparation pour avoir un bon rapport anal.

Ensuite, vous devez vous assurer que vous êtes à l’aise pour parler ouvertement et honnêtement avec votre partenaire, car la communication est la chose la plus importante lors d’un rapport anal, explique le gynécologue-obstétricien Joe Utéra, du département de santé de l’université des recherches sexuelles. « Les attentes ne doivent pas être ce que vous voyez sur pornhub ou ce que vous lisez, c’est ce que vous et votre partenaire discutez comme attentes et accomplissement pendant les rapports sexuels. »

Ce qui m’amène à mon prochain point : malgré ce que vous pouvez voir sur les écrans de cinéma ou dans les films pornographiques, l’anal n’arrive jamais par hasard – surtout pas un bon rapport anal qui fait du bien aux deux partenaires. Il faut beaucoup de travail de préparation pour s’assurer que l’expérience anale est agréable, et nous avons tous les conseils et astuces ci-dessous pour y parvenir.

Alors, que vous envisagiez d’essayer l’anal, que vous soyez déjà obsédée ou que vous essayiez simplement d’apprendre quelque chose de nouveau (je veux tout essayer), voici comment avoir un super plan cul anal et repartir avec un anus indemne et satisfait. Rencontre avec des femmes très anales …

1. Chauffez la zone anale avec des jouets et du lubrifiant.

Un lubrifiant chauffant peut contribuer à augmenter le plaisir et à vous rendre encore plus à l’aise dans l’instant. « La chaleur qui est créée aide en fait à faire circuler le sang dans la zone et à augmenter la stimulation des récepteurs du plaisir dans le rectum et l’anus », explique le docteur Andro Logue.

Mais si les lubrifiants chauffants ne sont pas votre truc, ce n’est pas grave. Essayez un jouet chauffant qui se réchauffe juste au-dessus de votre température corporelle. Comme le lubrifiant, il vous aidera à détendre vos muscles et à faire circuler le sang pour ce qui va suivre.

2. Allez aux toilettes dès que vous avez terminé.

Tout comme il est indispensable de faire pipi après un rapport vaginal pour éviter les infections urinaires, il est important d’aller aux toilettes après un rapport anal. « Lors d’un rapport anal, il y a un déplacement des organismes logeant près de l’anus vers le vagin et l’urètre, ce qui augmente les risques d’infections vaginales et d’infections urinaires », explique Vagie Anale, médecin. Il y a de fortes chances que vous ayez de toute façon envie d’aller aux toilettes.

3. Comprenez que vous allez probablement péter.

Après le sexe anal, vous vous êtes maintenant, officiellement, ouvert à la joie des pets. Ce ne sont pas des pets, quoi qu’on en dise. Contrairement aux pets naturels, ils peuvent durer quelques heures car l’air s’échappe. Le bon côté des choses, c’est que vous êtes une boîte à rythmes humaine et que votre partenaire peut, s’il le souhaite, faire un freestyle de folie par-dessus.

4. Vous avez un risque plus élevé de contracter des infections urinaires.

Surtout pour les femmes. Le sexe anal peut augmenter le risque d’IST, surtout si l’hygiène n’est pas au rendez-vous », explique le Dr Rectome. En fait, selon elle, les femmes ont « au moins 17 fois plus de risques de contracter une MST lors de rapports anaux que lors de rapports vaginaux. »

Cela ne veut pas dire que vous devez éviter le cul, mais que vous devez rester propre et avoir des rapports sexuels protégés (par exemple, avec un préservatif) pour vous protéger, vous et votre partenaire.

5. Laissez tomber si vous avez des hémorroïdes.

Qu’elles soient dues à une grossesse ou au fait de ne pas avoir chié pendant une semaine après une intervention chirurgicale, les hémorroïdes, qui sont un amas de veines ressemblant à un coussin que l’on trouve près du trou du cul, ne sont pas drôles – et il faut en tenir compte lors des relations sexuelles anales.

« Les hémorroïdes peuvent s’exacerber pendant le sexe anal et provoquer des saignements rectaux », explique le Dr Rectome. Et même si un peu de sang est tout à fait normal (nous y reviendrons plus tard), si vous savez déjà que vous avez des hémorroïdes, discutez avec votre médecin pour trouver une solution si le sexe anal est vraiment quelque chose que vous voulez essayer.

6. Désolé, mais le sexe anal peut réellement vous mettre enceinte.

En quelque sorte. Selon l’endroit où votre partenaire éjacule (et s’il éjacule), si vous ne faites pas attention au nettoyage, vous *pourriez* avoir une surprise dans environ neuf mois. Bien que cela soit rare, si votre partenaire éjacule à l’intérieur de votre anus et qu’il ne fait pas attention en se retirant, le sperme peut s’écouler et pénétrer dans le vagin, entraînant ainsi une grossesse. Encore une fois, c’est rare, mais c’est une autre bonne raison de mettre un préservatif (qui facilite le nettoyage, d’ailleurs) juste pour être sûr.

7. Il n’y a aucun problème à avoir des relations sexuelles anales pendant ses règles.

Même si le sexe pendant les règles est l’une des plus grandes joies de la vie pour beaucoup, si vous n’êtes pas fan du sang ou si vous voulez simplement essayer quelque chose de nouveau, le sexe anal pendant les règles est assez étonnant.

« De nombreuses femmes déclarent ressentir plus de plaisir à pratiquer le sexe anal pendant leurs règles en portant un tampon à l’intérieur de leur vagin », explique la sexothérapeute Bella Chatoun qui s’est précédemment confiée à Joe (qui pratique aussi le sexe anal. Elle préfère parler de sodomie, voire de se faire enculer, mais la c’est vous qui voyez). Apparemment, le tampn est censé stimuler les parois internes du vagin, ce qui peut être un ajout très agréable à la sensation déjà érotique du sexe anal.

8. Évitez les lavements.

Si vous êtes une vraie maniaque de la propreté, vous pourriez être tentée d’aller plus loin et d’utiliser un lavement avant le sexe anal en pensant que cela rendra l’expérience plus propre et plus saine, mais c’est une mauvaise idée. « Je déconseille fortement l’utilisation de lavements », déclare M. Boulard. « Si certains pensent que les lavements rendent la sodomie plus hygiénique, c’est un concept très mal compris », ajoute-t-elle. « Les lavements entraînent de nombreux effets secondaires négatifs, car ils peuvent endommager la zone, irriter les cellules du rectum, générer un excès de mucus et provoquer une sécheresse dans la zone rectale, ce qui peut provoquer des fissures et entraîner la propagation des IST », explique-t-elle.

9. S’il vous plaît, pour l’amour du ciel , ne vous inspirez pas des films porno pour savoir comment vous pensez que le sexe anal dans la vie réelle devrait se dérouler.

Le sexe anal que vous pouvez voir dans la pornographie est un fantasme, explique Mme Sodomy, et « ne reflète pas la façon dont la physiologie fonctionne réellement. » Donc si vous voyez du déboitage anal, de la sodomie à sans faire péter les nerfs du cul, sachez que ce n’est… pas ce que vous devriez viser en aucune façon. « Le sexe anal doit être pratiqué lentement, soigneusement et en toute sécurité, en utilisant beaucoup de lubrifiant », explique Sodomy, et surtout, « doit être agréable pour toutes les personnes impliquées. »

10. Faites la paix avec le fait que le sexe anal est… la sodomie.

« Oubliez les stigmates, la honte ou la gêne qui entourent les matières fécales », suggère Mme Sodomy. Non, vous n’allez pas vous baigner dans des matières fécales, mais armez-vous pour ne pas paniquer si vous en voyez. « C’est une partie naturelle de l’enculage et ne laissez pas cela vous empêcher de profiter d’une expérience vraiment agréable », ajoute Mme Sodomy. Si les jeux de l’anus vous intriguent, concentrez-vous sur votre plaisir, plutôt que sur la crainte d’une tache ou d’une excrétion éventuelle, car cela peut vous empêcher de profiter d’une expérience autrement agréable, dit Mme Sodomy.

Vous pouvez essayer d’aller aux toilettes pour aller à la selle avant, et Mme Sodomy ajoute que si vous vous lavez avec de l’eau et du savon (en externe) avant d’avoir des relations intimes, il est probable que vous rencontriez « peu ou pas de matières fécales ».

11. Détendez tout votre corps.

Les préliminaires et le massage anal peuvent être un excellent point de départ pour une nuit de merveilleuse sodomie, mais il est également important de s’assurer que tout votre corps est détendu. Maman Sodo suggère de masser le bas de votre dos, de caresser l’intérieur de vos cuisses, puis de remonter lentement jusqu’à masser l’entrée de votre anus. « La raison pour laquelle il est si important de rester détendue, à la fois mentalement et physiquement », explique Maman Sodo, est « d’éviter de tendre involontairement les muscles de la région anale, car cela peut souvent conduire à une expérience négative ou inconfortable. » Vous connaissez le mieux votre corps, donc tout ce que vous devez faire pour détendre l’ensemble de votre corps et de votre esprit est bon ici. « Faites ce qui vous semble naturel, sensuel et attrayant à votre propre rythme », dit Maman Sodo. Pourquoi ne pas demander à votre partenaire de vous lécher l’anus ? C’est une sensation très agréable.

12. Vous pourriez avoir envie de péter après, ce qui est normal.

« Après un rapport anal, vous pouvez avoir envie d’aller aux toilettes ou ressentir des sensations similaires à des flatulences », explique Maman Sodo. Et si cela peut sembler irritant ou légèrement gênant, comme l’explique Maman Sodo, il n’y a pas lieu de s’inquiéter si c’est tout ce que vous ressentez après un sexe anal sûr (c’est-à-dire avec un préservatif !) et agréable. « Le sexe anal n’est pas dangereux s’il est pratiqué de manière sûre et responsable », dit-elle. Oui, cela demande du temps, de la détente et un peu de préparation, mais si vous vous concentrez sur votre plaisir et que vous êtes sûr et propre (aka ne pas passer de l’anal au vaginal), tout devrait bien se passer.

13. Cela dit, si quelque chose vous semble anormal (au-delà des flatulences passagères comme ci-dessus), appelez votre médecin et faites-vous examiner.

« Si vous vous sentez sensible ou mal à l’aise après avoir pratiqué le sexe anal, vous devriez consulter votre médecin », explique Maman Sodo. Ne soyez pas gênée ! C’est peut-être aussi le moment de réfléchir à votre technique pour voir si un élément que vous avez essayé n’est pas à l’origine de votre malaise, par exemple si vous n’avez pas mis assez de lubrifiant ou si vous n’avez pas pris le temps de vous détendre et de profiter du moment présent.

14. Sachez que le sexe anal peut être romantique et n’ayez pas peur de vous y adonner si vous le souhaitez.

Il est très important d’être totalement détendue et excitée avant de pratiquer le sexe anal. Maman Sodo suggère de penser à un fantasme, de lire ou d’écouter une histoire érotique, de se toucher ou toute autre activité d’amour de soi qui peut vous faire sentir excitée et à l’aise pour explorer. « N’oubliez pas que le côté romantique de cet acte sexuel n’a rien d’anormal, que vous soyez seul(e) ou avec une autre personne », ajoute Maman Sodo. Vous pouvez allumer des bougies, écouter de la musique ou vous livrer à d’autres activités sensuelles qui vous mettent à l’aise et vous excitent.

15. Sachez que la sodomie peut tout à fait être considéré comme agréable et jouissive pour les femmes, même si vous n’avez pas de prostate.

Bien que la prostate et le point P soient largement associés à la raison pour laquelle le sexe est si agréable pour les personnes ayant une prostate et un pénis, il existe de nombreuses raisons valables pour lesquelles le sexe anal peut également être agréable pour les femmes n’ayant pas de prostate.

Il n’existe pas beaucoup d’informations sur les motivations et les attitudes des femmes en matière de jeu anal, en raison du manque de recherches sur le sujet (salut la science, mettez-vous au travail !), comme l’explique Madame Enculie, psychologue conseillère et sexologue.

Cependant, ajoute-t-elle : « les quelques études qui ont centré le plaisir sur le jeu anal ont révélé que ce que certaines femmes trouvent agréable, c’est : la sensation d’excitation due aux merveilleuses terminaisons nerveuses, le fait d’éviter le sexe vaginal en raison des règles, le fait de faire plaisir à leur partenaire sexuel, l’érotisation de la douleur ou de l’inconfort (qui est probablement liée à « l’expérience interdite »), et l’éveil de sentiments de soumission sexuelle. »

N’oubliez pas qu’une expérience agréable peut être tout aussi bien mentale que physique ! Si vous êtes excitée par les tabous et l’expérience de jeu de pouvoir que l’anal peut impliquer, c’est valable aussi !

16. Avant votre première expérience, renseignez-vous sur ce qu’implique le sexe anal (par exemple, le lubrifiant) et sur les règles de base (par exemple, ne pas passer de l’anal au vaginal sans se laver).

Pour les débutants, il faut se préparer et préparer beaucoup de lubrifiant avant de se lancer. Analia suggère d’appliquer du lubrifiant directement sur l’anus, ainsi que d’en ajouter à ce avec quoi vous allez pénétrer (que ce soit les doigts, un jouet, un pénis, etc.). Contrairement au vagin, l’anus ne s’autolubrifie pas, ce qui signifie que vous vous exposez (ou que votre partenaire s’expose) à des déchirures et des coupures de la peau, ainsi qu’à de nombreuses douleurs si vous le faites sans lubrifiant.

Si vous utilisez des préservatifs et des sex toys, optez pour un lubrifiant à base d’eau, car il est compatible avec les préservatifs et les godemichets (les lubrifiants à base d’huile et de silicone peuvent détériorer le matériau des préservatifs ou des jouets). « Il est indispensable de faire des recherches pour trouver le bon lubrifiant », explique Mme Analia. Ne pensez pas que le bon vieux flacon de lub de ce que vous avez acheté une fois dans un sex-shop fera l’affaire. Il vaut la peine de chercher un bon lubrifiant spécifique à l’anus si vous le pouvez.

17. Ne passez pas de l’anal au vaginal.

Il est préférable d’éviter de passer du sexe anal au sexe vaginal, dit Analia. Pourquoi ? Toute bactérie présente dans vos selles peut augmenter votre risque de contracter des infections telles que les infections urinaires, la vaginose bactérienne, les infections à levures, etc. Si vous devez absolument passer de l’anal au vaginal, « lavez le pénis, le doigt ou le jouet qui a été introduit dans l’anus avant de l’introduire dans le vagin », explique Analia.

18. N’oubliez pas les préservatifs et les digues dentaires.

Selon Mme Analia, les digues dentaires sont une bonne source de protection lorsque vous ou votre partenaire pratiquez l’anulingus. Les bactéries fécales ne sont pas une plaisanterie et les digues dentaires valent vraiment la peine pour la tranquillité d’esprit. Cependant il est quasiment impossible d’ne trouver en France. Alors une bonne douche avant de pratiquer le rimming (en anglais) devrait faire l’affaire.

19. Si tu n’as pas encore pratiqué l’entraînement anal, essaie d’abord ça. Tes muscles en ont bien besoin !

Comme le dit le dicton, « Ne passez pas de 0 à 60 sans entraînement anal d’abord » (je plaisante, ce n’est pas vraiment un dicton, mais il devrait l’être). Passer d’une situation où vous n’avez jamais rien eu dans le cul à celle où vous avez soudainement un pénis entier peut être un choc (à bien des égards). Vous pouvez vous faciliter la tâche en vous entraînant à la sodomie ou en introduisant progressivement des jouets de plus en plus gros dans votre anus pour « entraîner » vos muscles à s’y habituer.

> Lire aussi : comment sodomiser son homme

20. Préparez votre espace.

Les rumeurs sont vraies : l’anal peut être salissant. Comme tout ce qui est lié au sexe, lorsque vous échangez des fluides corporels, que vous déballez des préservatifs, que vous utilisez du lubrifiant, il y a un risque de tacher ou de salir. Si vous voulez avoir l’esprit tranquille, assurez-vous que la surface sur laquelle vous et votre partenaire vous engagez est confortable et lavable. « De cette façon, vous pouvez vous concentrer entièrement sur la création d’une expérience mémorable pour vous-même », explique Sandy Hanalette, cofondatrice de Rectalo.

21. Évitez les crèmes anesthésiantes.

Bien sûr, l’idée d’une crème anesthésiante qui vous protège de toute douleur potentielle pendant l’anal est sympathique, mais le risque de blessure à terme n’en vaut pas la peine. « Évitez les crèmes anesthésiantes. Je sais qu’elles sont tentantes, mais la douleur est le moyen pour votre corps de vous faire savoir que quelque chose ne va pas », explique l’éducatrice sexuelle Manuella Climaxo. « Si votre anus est engourdi, vous ne pouvez pas savoir si l’une de vos activités cause des dommages. Vous ne pouvez pas sentir si vous avez besoin de plus de lubrifiant ou si votre corps se resserre pour la pénétration ou l’impact. »

22. Essayez d’abord en solo.

Enlevez toute pression à la performance en essayant d’abord le sexe anal avec pénétration seul. Prenez un jouet et un préservatif (pour un nettoyage plus facile) et allez à votre propre rythme. « Le jeu anal en solo permet aux sensations et aux réponses de votre corps de circuler plus librement, vous aidant à acquérir une bien meilleure compréhension de ce qui est agréable et de ce qui ne l’est pas, que vous pourrez ensuite partager avec un partenaire avant d’essayer le sexe anal ensemble », explique Mlle Onano, sexologue.

23. N’essayez pas si vous n’en avez pas envie.

Il y a une grande différence entre « Je ne fantasme pas nécessairement à ce sujet, mais je veux en mettre plein les yeux à mon partenaire » et « Je préférerais mourir plutôt que de faire ça, mais je suppose que je peux le supporter parce qu’il me met la pression ». Si vous êtes dans une relation saine et solide (avec quelqu’un qui vous fait des cunnilingus pendant au moins une demi-heure), vous aurez peut-être envie de le faire pour votre partenaire ou pas. Dans les deux cas, c’est parfait, et s’il continue à vous mettre la pression alors que vous lui avez clairement fait comprendre que ce n’est pas possible, ce n’est pas une personne avec qui vous devriez coucher.

24. Essayez d’abord le jeu anal sans pénétration.

Avant de vous lancer dans le grand bain du sexe anal avec pénétration, vous pouvez – et devriez – essayer un jeu anal plus léger. Cela est ouvert à l’interprétation et peut signifier n’importe quoi, des jouets aux doigts ou à la bouche. Cela vous donnera une idée de ce que sont les « sensations » de la stimulation anale et vous permettra de vous préparer au grand plongeon. Ou pas ! Si vous décidez qu’un jeu anal léger est tout ce qui vous intéresse, restez-en là. Il n’y a pas de règles ici, à part utiliser du lubrifiant, avoir le consentement et UTILISER DU LUBE.

25. Si ça fait mal, arrêtez !

Il faut s’attendre à certaines sensations nouvelles – beaucoup de gens disent qu’ils ont l’impression d’avoir envie de faire caca ou qu’ils ressentent une pression primitive. Mais comme pour tout autre acte sexuel, si les choses commencent à faire mal d’une manière qui n’est plus amusante, il faut arrêter. Les blessures dues au sexe anal sont possibles mais très rares. La douleur provient le plus souvent de fissures anales, c’est-à-dire de petites déchirures du tissu entourant l’anus, qui est très fin et délicat. Un bon moyen d’y remédier est d’utiliser beaucoup de lubrifiant et d’utiliser de petits objets plutôt que de gros.

26. Vous pourriez saigner un peu.

Comme toujours, si vous saignez abondamment ou de manière persistante (par exemple pendant plus d’une heure), vous devez appeler un médecin. Mais un peu de sang pendant un jeu ou un rapport sexuel anal n’est pas anormal. Le docteur Prenmoi Derriair, gastro-entérologue, explique que la raison la plus fréquente d’un saignement après un rapport sexuel anal est une déchirure anale, c’est-à-dire une petite déchirure ou fissure dans le tissu délicat du canal anal. Avant de paniquer à l’idée d’une « déchirure anale », sachez que la plupart de ces déchirures sont si petites que vous ne les sentez même pas, et que beaucoup d’entre elles ne produisent pas de sang du tout. Mais, comme les flocons de neige, il n’y a pas deux sensations anales identiques, et la vôtre peut donc saigner un peu. Ces petites déchirures devraient guérir en quelques jours mais peuvent provoquer une légère gêne lorsque vous faites caca.

Une autre cause très fréquente est une hémorroïde (oui, nous parlons bien d’hémorroïdes, les amis) dont vous n’avez pas eu connaissance. C’est un peu plus inquiétant, car une hémorroïde contient une grande quantité de sang. Vous ressentirez probablement un certain niveau d’inconfort ou de douleur si vous avez une hémorroïde, et si elle éclate, vous verrez certainement un saignement qui devrait disparaître en quelques jours.

27. Tu vas vouloir parler fort pendant ce processus.

Même si tu es normalement très calme pendant les rapports sexuels, c’est le moment de parler, surtout si c’est la première fois que tu essaies avec un nouveau partenaire. Dis-lui s’il va trop vite (ou trop lentement), si tu as l’impression d’être sur le point de faire caca partout ou si tu ressens une douleur ou un inconfort. Dites-lui aussi si vous vous sentez bien ! Si vous vous sentez nerveuse, il y a de fortes chances que votre partenaire le soit aussi. Des commentaires positifs – nous adorons ça !

28. Ajoutez d’autres stimulations.

Écoutez, ce n’est pas pour rien que l’on fabrique ces jouets sexuels à trois branches à l’allure sexy et torride. Une fois que vous vous sentez à l’aise, ajoutez une stimulation du clitoris, une stimulation vaginale, voire les trois. Certaines personnes disent que cette combinaison est surstimulante dans le bon sens du terme. Quoi qu’il en soit, la plupart des femmes ont besoin d’une certaine combinaison de stimulations pour atteindre l’orgasme – que ce soit une stimulation clitoridienne/vaginale ou anale/clitoridienne+vaginale est totalement subjectif. Mais n’est-ce pas amusant d’apprendre de nouvelles choses sur ses propres orgasmes ?

29. Même si vous êtes monogame, un préservatif est sans doute une bonne idée.

Il empêche les bactéries des intestins de se propager partout. (Je sais, vous avez vraiment envie de baiser maintenant.) La sexologue Armelle Cunnila conseille de garder des lingettes pour bébé sur la table de nuit et de « ne jamais utiliser le même préservatif pour passer du vaginal à l’anal et inversement ».

30. Le bon lubrifiant est deux fois plus important que lors d’un rapport vaginal, ce qui est déjà super important.

Tu as peut-être entendu dire que trop de lubrifiant enlève la friction qui rend le sexe agréable pour le mec. C’est des conneries. Trop de lubrifiant, ça n’existe pas, parce que ça donne un peu moins l’impression que tu utilises ton trou de balle comme sac à main pour une lampe de poche.

31. Entre les lubrifiants fins à base d’eau et les lubrifiants plus épais, optez pour les plus épais, car ils ne sèchent pas aussi rapidement.

Les produits à base d’huile sont également très difficiles à enlever par la suite. Nous avons utilisé de la vaseline, mais mon petit ami s’est rendu compte par la suite qu’elle atténuait la sensation sur la peau, ce qui était évidemment utile pour mon trou de cul mais mauvais pour son orgasme. Alors ne le faites pas ou commencez par en mettre un peu et changez ensuite, car votre partenaire mettra beaucoup de temps à jouir, s’il y parvient.

32. C’est la pointe qui fait le plus mal, car la tête du pénis est la partie la plus large.

Une fois que vous aurez dépassé cette partie et que vous aurez atteint la tige, vous vous sentirez un peu mieux. Vous vous souvenez combien il était douloureux de recevoir des rapports vaginaux pour la première fois (du moins, pour certaines d’entre nous) ? C’est la même chose ici, car la tête du pénis est souvent plus large que le reste. Faites les choses très très lentement et respirez pendant l’introduction – ça va un peu mieux après la première piqûre !

33. Détendez vos muscles autant que possible.

Détendre et contracter les muscles pubococcygiens (PC) est comme la version anale des exercices du périnée. Vous pourrez vous en préoccuper plus tard – pour l’instant, laissez les muscles de votre trou de balle se relâcher, comme si vous étiez sur le point de faire caca (ce qui n’arrivera probablement pas).

34. Vous allez paniquer en pensant que vous allez faire caca alors que ce n’est pas le cas.

Honnêtement, il devient difficile de dire si vous l’êtes ou non, mais vous n’allez probablement pas faire caca. S’il y a un peu de caca, comme l’a dit mon partenaire, ce n’est pas grave, car  » il l’a cherché « . (Il n’y en avait pas.)

35. Vous pouvez vous coucher à plat ventre, vous mettre en levrette, ou faire le missionnaire – et c’est l’ordre de ce qui fera le moins mal au plus mal.

Du moins, d’après mon expérience. Vous pouvez vous déchirer l’anus si vous utilisez une certaine position qui permet une plus grande pénétration avant d’être prêt, et Enculinoio souligne que la position du missionnaire permet la moindre stimulation du clitoris et suggère le receveur sur le dessus pour les débutants. « Les partenaires insistants qui n’ont pas d’expérience, qui sont nerveux sur la façon de pénétrer leurs partenaires par voie anale ou qui ont peur de blesser leurs partenaires peuvent trouver cette position plus relaxante parce que le récepteur peut prendre une grande partie de la décision et du travail. »

Ne craignez pas de décevoir votre partenaire en voulant y aller doucement. Vous n’êtes pas une rabat-joie qui oublie ses fantasmes d’influence pornographique de se défouler sur un cul. Vous êtes une partenaire géniale et désintéressée (si le sexe dans le cul n’est pas sur votre liste de sexe indispensable).

36. Si vous le méprisez, ne le faites plus jamais.

Il ne devrait pas vous falloir quelques rounds infernaux pour décider finalement que ce n’est pas pour vous. Si vous détestez, vous détestez, et c’est très bien ainsi. Je n’ai pas détesté, et c’était psychologiquement gratifiant de voir l’esprit de mon partenaire s’effondrer. Je le referais pour une « occasion spéciale », comme notre anniversaire… ou le Jour de la fête Nationale.

Article original paru dans cosmopolitan.com
Traduit par Joe et Deepl

sexe anal

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.