9 choses que les couples en crise peuvent faire pour recoller les morceaux

couples en crise

Des solutions pour les couples en crise

Par Joe La Garagiste

Lorsque la plupart des couples se présentent pour une consultation de thérapie de couple, ils ont déjà essayé tout ce qu’ils pouvaient pour résoudre les difficultés qu’ils rencontrent. Maintenant, ils se sont heurtés à un mur qui est dû soit à des chagrins accumulés, soit à une crise importante, soit aux deux.

Ils sont épuisés ; leurs ressources internes et leur énergie sont dangereusement basses. Se sentant souvent meurtris et vaincus, ils viennent en consultation avec une demande désespérée et de conseils positifs.

Leurs yeux posent la question suivante : Devrions-nous apprendre à réparer une relation brisée et essayer d’en créer une meilleure, prendre du temps loin l’un de l’autre pour reformuler, ou simplement abandonner ?

Quels sont les signes d’une relation brisée ?

Il se peut qu’il n’y ait plus de réciprocité dans la relation. En d’autres termes, vous n’arrivez plus à capter l’attention de votre partenaire.

Un manque d’intimité.

Toute relation a besoin d’intimité. Si vous n’en avez plus, c’est que votre relation est brisée.

Il n’y a pas de confiance.

La confiance est le fondement de toute relation, donc sans elle, votre relation est en danger.

Ce ne sont là que quelques exemples. La liste pourrait s’allonger à l’infini, mais si votre instinct vous dit que quelque chose ne va pas dans votre relation, il est temps d’en prendre la responsabilité et de travailler à sa résolution.

D’où la question suivante :
Pouvez-vous réparer une relation brisée ?

Les coachs et thérapeutes relationnels peuvent vous aider à décider et à déterminer si votre relation brisée vaut la peine d’être remise en route.

Certains couples peuvent réparer ce qui a été brisé dans leur mariage ou leur relation à long terme. Ainsi, au cours de cette première séance critique, nous devons prendre ensemble la décision provisoire de savoir s’il y a ou non un espoir de régénération.

Les réponses à ces six questions nous amènent à conclure si la remise sur les rails d’une relation est possible :

1. Les deux partenaires veulent-ils la même chose ?

2. Reste-t-il assez d’énergie dans la relation pour leur donner le carburant dont ils ont besoin pour réparer et s’engager à nouveau ?

3. Comment ont-ils résolu les traumatismes du passé ou sont-ils enfouis dans des schémas répétitifs qui n’ont jamais fonctionné ?

4. S’enfuit-il avant d’avoir donné une chance à la résolution du problème ?

5. Y a-t-il des problèmes sous-jacents, cachés, qui sabotent leurs chances de se reconnecter ?

6. Veulent-ils encore essayer ?

Au cours des quelques heures cruciales de thérapie qui suivent, nous cherchons souvent ces réponses au milieu de l’hostilité, de la douleur, de l’injustice ou du besoin de justifier la victoire.

Parfois, l’un des partenaires a le rôle de la partie lésée et l’autre est pris de remords et humilié.

D’autres fois, il s’agit de deux personnes qui ont accumulé des conflits relationnels qui n’ont jamais été résolus et qui sont devenus des cancers émotionnels incontrôlables, trouvant maintenant une voix à cause d’une crise actuelle. Ils ont un style de combat exagéré et impuissant et ils ne sont pas capables d’entendre l’autre dans le vacarme de leur propre douleur.

D’autres couples se livrent à une guerre du silence ; le premier à parler, avec un quelconque attachement à se connecter, perd le pouvoir.

Lorsque nous examinons ce qui les a amenés à suivre une thérapie et que nous identifions les origines de leur détresse et les schémas négatifs qu’ils ont répétés, je cherche huit rayons d’espoir qui me diront, ainsi qu’à eux, que l’espoir existe.

Malgré la plus terrible des trahisons, le plus angoissant des comportements blessants ou la plus décourageante des déceptions, ces révélations subtiles mais cruciales peuvent prédire si oui ou non ils pourront retrouver le chemin de l’amour qu’ils ont connu. Lorsque je les vois, même si elles sont rares ou indistinctes, je sais que nous pouvons travailler à une résolution.

Remarque : les relations malsaines ou abusives ne sont pas des relations brisées, car s’il y a abus de quelque nature que ce soit, il ne s’agit pas d’une relation. Il n’y a pas de solution à cela, et je vous recommande de quitter cette relation et de vous concentrer sur votre santé mentale.

Comment reconstruire une relation brisée ?

1. Soyez attentif à ce que dit votre partenaire.
Lorsqu’un partenaire parle, quel que soit le ton de sa voix, l’autre partenaire le regarde et l’écoute. Même s’il y a désaccord, il est évident que ce que l’autre a à dire est toujours important. Écoutez attentivement les sentiments de votre partenaire.

Les partenaires peuvent avoir l’habitude d’interrompre, de parler trop, de rejeter ou de minimiser, mais ils cesseront ces comportements lorsque je le leur demanderai et redirigeront leur attention sur ce que l’autre dit. Si je demande à l’un d’entre eux de répéter ce que l’autre partenaire a communiqué, il essaie sincèrement.

Lorsque je leur demande ce qu’ils pensent que l’autre ressent ou veut dire, ils veulent apprendre à me le dire. Quand l’un des partenaires se met à pleurer ou ne peut pas parler, l’autre arrête l’interaction jusqu’à ce que le partenaire en détresse puisse reprendre. Je constate que les deux partenaires sont capables d’arrêter leurs propres pulsions pour être le « juste » et de se rappeler qu’ils sont deux dans la pièce.

2. Faites preuve de sollicitude et de compassion l’un envers l’autre.
Les couples qui ont perdu la confiance et le soutien de l’autre, que ce soit tout récemment ou sur une longue période, peuvent tout de même se montrer concernés lorsque l’un ou l’autre exprime un authentique chagrin d’amour. S’ils ne sont pas en mesure d’utiliser des mots ou des gestes apaisants, surtout s’ils sont blâmés sur le moment, ils montrent leur considération pour la détresse de leur partenaire par leur langage corporel ou leur expression faciale.

C’est comme s’ils savaient où se trouve le point de rupture et ne voulaient pas y aller. La compassion l’emporte sur la domination lorsque l’autre partenaire se trouve dans un véritable état de détresse.

3. Souvenez-vous des moments qui vous font rire tous les deux.
Il m’est arrivé d’être avec un couple en détresse où il semble que l’hostilité entre eux ait pris le dessus sur la relation. Ils se disputent sur la façon dont ils se disputent. Ils sont incapables de trouver quelque chose à écouter chez l’autre. Ils s’interrompent, s’invalident et se crient dessus. J’ai l’impression d’être l’arbitre d’un match de boxe émotionnel professionnel.

Puis, semblant sortir de nulle part, l’un d’eux fait référence à une expérience qu’ils ont partagée dans le passé ou à quelque chose qui se passe entre eux, et ils se mettent tous deux à rire. La tension disparaît immédiatement, même pour un instant, et les deux se regardent comme s’ils n’étaient que de bons amis jouant à se détester.

Même si la dispute reprend, il est évident que ce dont ils parlent n’est pas tout ce qu’ils sont et je sais que je peux les faire descendre sous leurs interactions autodestructrices.

> Lire aussi : l’été c’est aussi la saison des rencontres

4. Désamorcer le conflit.
Chaque couple sait jusqu’où il peut aller. Malheureusement, cette connaissance sous-jacente ne les empêche pas toujours de s’approcher trop près de la falaise et de nombreuses relations prennent fin à cause de ce sacrilège.

Le rayon d’espoir de la désescalade se produit lorsque je vois un couple reconnaître qu’il est trop près de dire ou de faire quelque chose que l’autre ne peut pas dépasser.

Apparemment sans raison et certainement sans caractère, l’un ou l’autre met fin à l’interaction ou l’amène à un endroit plus attentionné. Ils savent tous deux que certains mots ou certaines manières d’être peuvent être trop blessants pour être jamais guéris, ou que certaines actions du passé sont trop profondes.

Il est clair pour moi qu’ils ont un pacte invisible qui les empêche de dépasser les limites.

5. N’évoquez pas les problèmes du passé.
Il est naturel pour la plupart des gens d’utiliser le passé ou d’autres personnes pour donner du poids à ce qu’ils considèrent comme valable sur le moment. C’est particulièrement vrai lorsque l’un des partenaires a l’impression de perdre l’argument et pense que le renforcer avec des exemples du passé ou l’appui d’autres personnes importantes augmentera son efficacité.

Les couples qui communiquent bien s’en tiennent à une seule question à la fois et parlent de ce dont ils ont besoin l’un de l’autre dans le présent. Ils n’essaient pas de persuader l’autre d’une position qui les satisferait au détriment de l’autre.

Si l’un d’eux commence à faiblir, l’autre le ramène au problème en cours et cette tactique est non seulement acceptée, mais appréciée. Parlez d’un problème à la fois et, lorsque vous en êtes arrivé à une conclusion, pardonnez à votre partenaire et passez à autre chose pour aller de l’avant.

6. Ayez un niveau de confiance de base.
Quelle que soit la colère, la blessure ou la vengeance dont un couple fait preuve l’un envers l’autre au cours de cette première séance, je peux constater que leur détresse face à la situation en cours ne suggère en aucun cas que leurs partenaires sont des personnes fondamentalement défectueuses ou inacceptables.

Les contestations d’actes de comportements sont très différentes des assassinats de personnages.

Le problème en question peut avoir fortement ébranlé la relation dans sa crise actuelle ou son éloignement à long terme, mais ils n’affirmeraient jamais que l’autre personne est indigne de leur amour ou de leur respect fondamental.

Reconstruire la confiance, bien qu’extrêmement difficile, n’est pas impossible. Cela peut prendre beaucoup de temps, mais si les couples s’en tiennent à leur plan, la confiance peut être rétablie.

7. Soyez responsables de vos actes et ne vous blâmez pas mutuellement.
Montrer du doigt qui est à blâmer est un jeu de pouvoir et peut facilement se transformer en violence psychologique. Il y a un méchant qui est traité comme il se doit, et le gentil vainqueur gagne la bataille et perd la guerre.

Tant de disputes entre couples sombrent dans cette attribution de responsabilité et les conséquences « appropriées » qui en résultent.

Il y a ce moment magique en thérapie où les deux partenaires réalisent qu’ils joueront un jeu gagnant lorsque chacun assumera sa contribution individuelle à ce qui a mal tourné. Il faut parfois développer des compétences, mais il est indéniablement remarquable d’être témoin de l’évolution de l’interaction dans cette direction.

8. Transformez votre énergie négative en quelque chose d’aimant.
Il n’y a pas d’espoir là où il n’y a pas de vie. Je préfère un couple passionné, en colère et contrarié à deux personnes qui restent assises dans la pièce en souhaitant être ailleurs et qui disparaissent dans des découpes de carton bidimensionnelles.

La porte donnant sur le bureau extérieur pourrait aussi bien être faite de béton et de barreaux, car une pièce que je considère comme un refuge commence à ressembler à une prison.

Un couple autrefois amoureux qui laisse sa relation se réduire à un ensemble de rituels compliqués et sans vie a de loin le plus gros fardeau. Une énergie élevée et colérique peut se transformer en une énergie élevée et aimante. La mort est difficile à faire revivre.

9. Passez du temps ensemble.
L’attention est un moyen de faire sortir une relation brisée de sa tombe. En se concentrant l’un sur l’autre, les couples commencent à se sentir spéciaux et nécessaires dans leur relation.

Prévoyez des rendez-vous réguliers et mettez-vous sur votre 31 pour l’autre. Au cours de la soirée, pratiquez des contacts physiques, comme se tenir la main ou s’embrasser. Faites des efforts pour vous assurer que vous passez du temps en tête-à-tête chaque semaine.

Il est également important d’avoir du temps pour parler. Parlez à votre partenaire de votre journée et des problèmes que vous rencontrez. Passer du temps ensemble vous rappelle que vous n’êtes pas seul dans ce monde et qu’il y a quelqu’un qui sera toujours là avec qui vous pouvez partager vos problèmes et trouver des solutions ensemble.

Parfois, il est difficile de visualiser un couple en colère ou blessé montrant l’un de ces huit rayons d’espoir au milieu de ses conflits angoissants.

Mais si vous ne les négligez pas, ils sont souvent juste sous la surface, attendant et voulant émerger.

Je sais qu’un couple veut dépasser sa détresse lorsqu’il s’enthousiasme pour ces moments « aha » où je les identifie et où il s’engage immédiatement à remplacer ses anciens comportements par les nouveaux.

Pour guérir une relation, les couples doivent rapidement réaliser que ces schémas négatifs répétés sont les coupables qui les ont mis en difficulté et ils veulent tous deux qu’ils disparaissent. Ce couple a de bonnes chances de retrouver son amour et de savoir ce qu’il doit maintenant faire pour retrouver son engagement lorsqu’il identifie et remet en question ces schémas négatifs.

Même si cela peut prendre beaucoup de nouveaux moments et beaucoup de temps pour laisser l’obscurité derrière soi, la lumière est allumée.

Vous n’avez pas besoin d’une thérapie pour identifier et renforcer ces réactions dans votre relation. Vous pouvez trouver ces rayons d’espoir dans votre relation si vous êtes prêt à vous mettre de côté et à faire en sorte que votre relation soit plus importante que votre besoin de prouver qui a raison.

Mais si vous vous sentez perdu et incapable de les identifier par vous-même, trouvez un observateur compétent pour vous aider à trouver votre chemin.

Source de l’article : yourtango.com
Traduit par Joe

Ou alors change de partenaire en cliquant ici

Couples en crise

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.